Achille Talon, t.33 : Soyez Polite !

La vie secrète du journal Polite - Dargaud
Editions Dargaud, 1983

Titre complet : Achille Talon et la vie secrète du journal… Polite ! tome 33.

La rédaction du journal Polite (avatar de Pilote, hebdo fondé par Goscinny) est le lieu de travail d’Achille Talon.

1ère édition : Dargaud, 1983.
Type d’album : recueil de 23 planches.
Personnages : Hilarion Lefuneste, rédacteur en chef moustachu à lunettes, personnage presque chauve et moustachu (costume vert), autre rédac’ chef (caricature avérée de Goscinny, dessin plus ancien).

Toutes les planches – sauf la première, « Profond dément » – ont pour point commun de parler du journal Polite, où Talon, plusieurs années après avoir pris sa retraite, entreprend de faire un come-back (p.4). Plusieurs services-clef d’une rédaction sont montrés du doigt : « Le support financier », « le support juridique », « le support promotionnel », « le support interne » et « le support technique ». L’album est entièrement placé sous le signe de la mise en abyme, avec un Talon livrant tous les secrets de son travail de héros de bande dessinée.
Plusieurs planches comme « le déjeuner d’affaires » (dans laquelle on voit deux membres de la rédaction se donner bonne conscience en organisant un déjeuner « de travail »), ou encore « La grande réunion » (quatre pages truffées de bulles émises par douze collaborateurs en train de « travailler » ensemble) élargissent le champ de la critique au monde du travail en général. Quant à la planche du « Support promotionnel », plus que certainement inspirée de l’expérience de l’auteur, elle désacralise intégralement les grand-messes des salons du livre.

La satire n’épargne pas les autres magazines de bande dessinée :
p.4, Lefuneste : « On aurait dû aller à Métal-Hurlant, le patron n’a aucune mémoire, il vous aurait sauté au cou par hasard. »
p.5, Lefuneste toujours : « On serait dans Charlie-Hebdo, je vous entraînerais dans un débat sur les mérites comparés de l’acculé et de celui qui accule, mais il se trouverait sûrement une personnalité quelconque pour nous faire saisir. »
Le lecteur a le plaisir de découvrir quelques jeux de mots bonhommes :
p.6, encore une fois dans la bouche de Lefuneste (très inspiré !) : « Je vous attends au coin, chez Titin, le bistrot des jeunes de 7 à 77 ans. »

La planche du « support financier » précédemment citée retient particulièrement mon attention. D’entrée de jeu (puisque la planche est la 3e de l’album), Talon se trouve en butte aux budgets. Pas un détail n’est à négliger dans ces cases – jusqu’au titre du personnage sans regard croisé par Achille : « J.Vopo, Dissection financière ». Greg se livre à l’autocritique du style talonnesque.

Achille Talon et la vie secrète du journal Polite - p.7
Achille Talon et la vie secrète du journal Polite / Greg (Ed. Dargaud).

Achille Talon et J. Vopo ne parlent fondamentalement pas la même langue : l’un s’épanche dans de larges bulles souples ; l’autre optimise les centimètres carrés (à tous les sens du terme) de sa bulle.

En somme, semble dire Greg, le monde de la BD n’est plus ce qu’il était (c’est également la conclusion de Legoffe, auteur d’un article critique au sujet de cet album sur le site Scenario.com). La publicité, les contraintes économiques prennent le pas sur les talents et l’envie de faire rire. Sans faire dans la nostalgie geignarde et stérile, Greg saisit l’occasion d’ouvrir les yeux de son lecteur sur le marché du neuvième art.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *