Tout aimer, de Jean-Pierre Siméon

Aimer tout aimer
même le froid et ses morsures
même l’heure qui sépare
et les déserts du chagrin

Feuilles d'automne - 28 10 06
Photo : ALB - 2006

Aimer l’arbre fendu
la fontaine sans eau
et le visage blessé
où ne vont plus les songes

Aimer les mains qu’on n’a plus
et la caresse abandonnée
et la saison obscure
que n’éveille plus l’oiseau

Croyez-moi
je sais de quoi je parle
j’ai le coeur léger comme vous
il faut aimer à en brûler
même l’instant sans joie
qui serre le coeur
qui serre le coeur

Extrait de La nuit respire de Jean-Pierre Siméon,
éditions du Cheyne (Poèmes pour grandir), 1998.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *