Devinettes, de Jean-Pierre Siméon

Qui décoiffe la mer
avec des mains qu’on ne voit pas ?

Qui roule sa chanson
dans la gorge des torrents ?

Qui n’est jamais si lourd
que quand un oiseau meurt ?

Le vent la pierre et le silence

Qui est ronde comme une joue
et plus lourde que la peine ?

Qui habille le monde
quand il se fait bien tard ?

Qui souffle chaque soir
la bougie du soleil ?

La pierre le silence et le vent

Extrait de A l’aube du buisson,
éd. Cheyne (coll. Poèmes pour grandir)

2 commentaires sur “Devinettes, de Jean-Pierre Siméon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *