Ewilan fait hi-han

Un petit « hi-han ». Ce serait faire preuve de mauvaise foi que d’honnir la maison Rageot (l’éditeur de Pierre Bottero), sous prétexte qu’une erreur grammaticale s’est insidieusement introduite dans le dernier tiers du dernier livre de la trilogique (et par ailleurs irréprochable) Quête d’Ewilan. Errare humanum est.La Quête d'Ewilan : l'Île du destin / Bottero

Pour pardonnable que soit l’égarement, il est de bon ton de procéder à une brève mise au point corrective. Nous lisons, page 245 (édition de poche, DL 2007):
« L’Empereur recula d’un pas, les regardant à tour de rôle, puis poursuivit : – Merci mes amis ! Merci d’avoir sauvé l’Empire ! Mes mots sont bien peu de choses face à vos actions, mais laissez-moi vous exprimer ma profonde reconnaissance et ma fierté. Nous avons une dette envers vous et je n’aurai de cesse que nous ne vous l’ayons payée. »

C’est l’expression « peu de choses » qui a retenu mon attention. N’écrirait-on pas plutôt « peu de chose » ?
Qu’en pense Monsieur Larousse ? Dans le Lexis (éd. 1993), à l’entrée CHOSE, on peut lire les exemples sous le point 5 : « C’est peu de chose, c’est peu important. » L’expression ne nous renseigne malheureusement pas sur le nombre (singulier ou pluriel) de l’expression au regard du verbe – d’état, qui plus est – qui le précède.
Frappons à la docte porte de Monsieur Grévisse et de son Bon Usage (éd. 1946). Au chapitre des pronoms indéfinis, paragraphe 589, nous lisons : « Chose se combine avec autre, grand, quelque, peu de, pour former les nominaux neutres autre chose, grand-chose, quelque chose, peu de chose, dans lesquels chose a perdu sa valeur de nom et son genre étymologique.  » Exemple : « Peu de chose nous console parce que peu de chose nous afflige (Pascal, Pensées). »

Un nominal neutre ! C’est donc ainsi que l’on nomme ce « peu de chose »… « Chose » y perd sa valeur de nom. Il deviendrait donc indifférent aux problématiques de nombre. Point de s, dans ce cas.

La coquille n’est pas une Saint-Jacques. Remercions les relecteurs officiels de Rageot, qui nous donnent l’occasion de partir en quête du nominal.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *