S’entendre avec des parents sourds

Les mots qu'on ne me dit pas. - Stock, 2014.

CODA (Child Of Deaf Adults) : c’est le sigle sibyllin qui désigne, de façon relativement courante, les enfants entendants de parents sourds.
Aucun signe extérieur ne permet de les reconnaître, mais ils existent. Ils vivent entre deux langues, entre deux cultures, entre deux perceptions du monde. Les témoignages les concernant ne sont pas légion, et encore moins publiés dans une maison d’édition généraliste.
Véronique Poulain décrit, avec une franchise directement héritée des Sourds, les hauts et les bas de sa relation avec ses parents. Pas de fioritures de style ; de la sincérité, la volonté manifeste d’exprimer un ressenti de façon transparente. Et tant pis si cela peut blesser ; c’est la vérité de Véronique Poulain, personne ne peut lui dire qu’elle a tort.
De même que l’auteur dit avoir constamment oscillé de la colère à l’amour en passant par la honte, de même les lecteurs hésiteront entre pitié et admiration, non sans faire face à un certain embarras.Le livre pose de nombreuses questions de communication et d’éducation ; dans notre société où tout un chacun doit être un champion de la parentalité, voilà un ouvrage finalement rassurant, même s’il évoque bien des difficultés.

Les mots qu’on ne me dit pas / Véronique Poulain – 139 p. – Stock, 2014 (16,50 €).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *